Revel : Pourquoi le Temple risque d’être envahi

Assez minoritaires en France, mais plus visibles et présents que jamais, les protestants de #Revel

Les protestants du Lauragais fêteront les 500 ans de la Réforme ce dimanche

Résultat de recherche d'images pour "temple protestant 31250 revel"Assez minoritaires en France, mais plus visibles et présents que jamais, les protestants de #Revel fêteront ce dimanche 29 octobre 2017, les 500 ans de la #Réforme.
Ce n’est pas tous les jours que l’on fête un demi millénaire. Dimanche 29 octobre, la communauté protestante, aura cette chance de célèbrer les 500 ans, du geste fondateur de Martin #Luther et la fondation du protestantisme.

La promesse du protestantisme :

La défense incessante de la liberté de conscience, l' »égalité de chacun devant son destin » et « la possibilité du débat ».

500 ans, presque jour pour jour, après la publication par le prédicateur allemand de ses « 95 thèses » le 31 octobre 1517, point de départ d’une « Réformation » au retentissement européen puis mondial, aura lieu une célébration, dédiée à cette occasion, au Temple de la cité revéloise.

« Sola scriptura » (l’Écriture seule) en guise d’autorité, « sola fide » (la Foi seule) et « sola gratia » (la Grâce seule) pour unique salut : plus de 800 millions de croyants dans le monde se reconnaissent aujourd’hui dans ces principes édictés par les réformateurs.

D’élite discrète à minorité visible

Victime des guerres de religion – le massacre de la Saint-Barthélemy en 1572 a fait à lui seul des milliers de morts parmi les huguenots – puis de l’intolérance dans la France catholique d’avant la Révolution, le protestantisme demeure très minoritaire dans ce pays aujourd’hui, avec à peine plus de 2 % de la population. Pourtant ses Églises et mouvements incarnent un protestantisme très actif sur le front de la solidarité, de l’Armée du Salut au service de la grande pauvreté, œuvrant également, pour l’accueil des migrants.

Résultat de recherche d'images pour "500 ans de la réforme"En 1517, Martin Luther affiche 95 thèses sur les portes de la chapelle du château de Wittemberg. Le propos était d’ouvrir  une controverse théologique sur le bien-fondé du commerce des « indulgences », très actif en ce temps où il fallait trouver de l’argent pour construire la coupole de Saint Pierre de Rome. Le  retentissement en fut bien plus large que prévu. L’affichage des thèses est devenu l’événement fondateur de la Réforme protestante dont on célèbre en 2017 le 500e anniversaire.

Culte au Temple de Revel – Rue du Temple -31250 Revel
Dimanche 29 octobre 2017 à 10 heures 30

Publicités

« Enseigner la Grande Guerre »

En cette période de centenaire de la guerre de 1914-1918, le Syndicat mixte de l’Abbaye-école de #Sorèze et le laboratoire #FRAMESPA (Université de Toulouse Jean Jaurès et Institut national universitaire Champollion) ont choisi, pour leur colloque universitaire de 2017 le thème « Enseigner la Grande Guerre ».

► En effet, en préfiguration du colloque, l’Abbaye-école met en place, du 12 octobre au 25 novembre 2017, une exposition intitulée “De Mémoire et de paix. Le pacifisme dans les monuments aux morts de 14-18” d’après des photographies d’Emmanuel Delandre.

Cette exposition est un tour de France photographique qui rend hommage au choix fait par quelques communes, de condamner l’absurdité de la guerre et de célébrer la paix sur leurs stèles. En évoquant la grande Guerre sans glorifier la mort, en rappelant son dramatique bilan humain sous l’angle pudique du silence, du recueillement et du devoir de mémoire, l’exposition se veut un travail de célébration de la paix qui pourrait s’appliquer à tout conflit.

Le colloque bénéficie du soutien et du label de la Mission interministérielle du Centenaire.

Monument de Monein - photo Emmanuel Delandre
(Monument de Monein / photo Emmanuel Delandre)

Il se développera dans les deux dimensions de l’histoire et de la pédagogie. Il donnera la parole à des enseignants actuellement en poste en France à tous les niveaux, du CM2 à Bac + 4 pour des exposés sur leurs expériences pédagogiques, intégrant leurs recherches personnelles.

Ces communications seront complétées par une réflexion sur les programmes et les manuels et même sur un autre outil, la bande dessinée. Un éclairage supplémentaire sera donné par l’étude de cet enseignement dans les deux pays qui ont connu la dictature dans les années 1920 et 1930, l’Italie et l’Allemagne (comment ces régimes ont-ils instrumentalisé l’histoire de la guerre ?), ainsi que par l’exposé des situations particulières de l’Irlande (enseigne-t-on la Grande Guerre de la même façon en Irlande du Nord et en République d’Irlande ?) et de l’Alsace dont la plupart des jeunes hommes ont fait la guerre de 14-18 dans l’armée allemande.

De larges plages de discussion permettront des échanges entre les intervenants et le public.

A noter : des Actes du colloque, très illustrés, seront publiés en 2018.

Colloque Enseigner la grande guerre_ Abbaye école de Sorèze_ les 21 et 22 octobre 2017

Laurent F. Photographe gagnant du Concours photos du « Petit Revelois »

C’est Laurent Fauré, photographe professionnel, très reconnu pour son talent et dont certaines photos sont régulièrement publiées, comme sur le site du  » Musées et canal du Jardin du midi » , qui a remporté avec presque 20% des votes (sur 4 858 votants) ce premier concours photo de la rédaction.

Il y a quelques semaines, un concours de photos du Lac de Saint Férréol, en pleine vidange, était organisé, par notre rédaction (cf.Concours photos du Lac de Saint Férréol). Ce concours qui a mobilisé beaucoup de talents photographes de la région (plus de 25 participants), a suscité un engouement très important, chacun souhaitant voir gagner son artiste ou sa photo préférée. Car durant quelques semaines, le Lac de Saint Férréol offrait un paysage lunaire atypique et assez rare pour être mis en avant. Il s’agissait de la vidange décennale.

C’est Laurent Fauré, photographe professionnel, très reconnu pour son talent et dont certaines photos sont régulièrement publiées, comme sur le site du  » Musées et canal du Jardin du midi » , qui a remporté avec presque 20% des votes (sur 4 858 votants) ce premier concours photo de la rédaction.

Nous avons été à la rencontre de Laurent Fauré, grand gagnant du Concours de photo, afin d’en savoir un peu plus sur cette artiste local :

Laurent Fauré Auto-Portrait
Auto portrait de Laurent Fauré par Laurent F. Photographe

Je suis Laurent Fauré (plus connu sous le pseudo Laurent F. Photographies), j’ai 35 ans et je suis de la Commune de Blan. J’ai toujours aimé l’image depuis mon enfance et j’ai appris la photographie en autodidacte. L’élément qui m’a fait complètement plonger dans cette passion a été un voyage en Australie il y a 5 ans. Depuis, j’ai créé mon activité en tant qu’auto entrepreneur. L’activité photographique est un second métier pour moi, une autre partie de moi, car à la base, je suis technicien SAV sur des machines d’emballages.

LPR : Qu’est ce que vous aimez le plus dans la photo ?:

  • La nature et les animaux (que je fais peu car pas de matériel adéquat pour le moment mais j’aimerai m’y diriger plus).
  • Les beaux paysages.
  • Les échanges humains que je peux avoir lors de la réalisation de prestations mariages ou encore lors de sorties photos avec des passionnés comme moi.

LPR : Quels sont les services que vous proposez en terme de photographies :

  • Mariages, portraits (humains ou animaux de compagnie).
  • Packshoot (photos d’objets).
  • Impression de mes photos nature et paysages.
Laurent Fauré paysage
chapelle de la capellette à Dourgnes / @creditphoto Laurent F
Moulin de Blan Laurent Fauré
vue sur le moulin de Blan au soleil couchant / @creditphoto Laurent F.

LPR : Pourriez-vous nous raconter un souvenir, une anecdote lié à votre activité de photographe ?

J’ai le souvenir d’un voyage de deux heures, où j’avais préparer une photo de paysage en repérant les lieux sur internet.. après donc plus de deux heures de route, je découvre sur place un magnifique lever de soleil, comme je me l’imaginais..mais là, je me rend compte qu’il n’y a pas de carte mémoire ni dans l’appareil, ni dans mon sac….

LPR : Comment vous joindre ?

Mon lien vers ma page Facebook pour me contacter : Laurent-F-Photographies

 

Immergez-vous dans le XIXème siècle

Tous les 2ème dimanche du mois, venez parcourir l’Abbaye-école de Sorèze et le Musée Dom Robert en visite guidée.

Immergez-vous dans la vie quotidienne des élèves du XIXème siècle au sein de cette école militaire, à la renommée internationale et à la pédagogie novatrice.
Découvrez également comment ce patrimoine abrite de manière insolite un musée résolument moderne en vous promenant dans l’univers coloré et foisonnant de dessins et tapisseries contemporaines de Dom Robert, magnifiant la nature environnante.
Ce Musée Dom Robert et de la tapisserie du XXe siècle présente également des œuvres tissées d’autres artistes tel que Jean Lurçat.

Une réelle aventure à partager qui vous dévoile un lieu d’art, de savoir et de nature.

A l’Abbaye-école de Sorèze, du 12 février au 10 décembre, de 15h00 à 17h00

12€ par participants – Nombre de participant limité  et uniquement sur réservation au :    05 63 50 86 38 ou par mail à : abbaye-ecole.soreze@tarn.fr

Site web : http://www.abbayeecoledesoreze.com

C’est l’anniversaire d’un président Revelois

Vincent Auriol nous a quittés il y a 51 ans

Né le 27 août 1884 à Revel est mort le 1er janvier 1966 à Muret, la ville où il démarra sa carrière de politicien, cet ancien président n’est plus à présenter. Ce fils de boulanger, licencié en droit en 1905,

Vincent Auriol nous a quittés il y a 51 ans

Né le 27 août 1884 à Revel, il est mort le 1er janvier 1966 à Muret, la ville où il démarra sa carrière de politicien, cet ancien président n’est plus à présenter. Ce fils de boulanger, licencié en droit en 1905, puis docteur en droit, exerça en début de carrière, la profession d’avocat à Toulouse.Très tôt socialiste, il crée dès 1908 avec Albert Bedouce, Jean Jaurès, Alexandre Varenne, Paul Ramadier,  Le Midi-Socialiste, quotidien, qui aura eu une réelle influence dans la vie politique régionale.

L’homme politique, garde des Sceaux de 1937 à 1938 est reconnu pour ses postes de Ministre des Finances pendant le gouvernement du Front populaire, hostile aux accords de Munich, il fut l’un des quatre-vingts parlementaires à refuser de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, le 10 juillet 1940, En septembre de cette année, le gouvernement de Vichy le fit arrêter. Incarcéré à Pellevoisin ( Indre ) puis à Vals-les-Bains ( Ardèche ), il fut libéré pour raisons de santé et placé en résidence surveillée en août 1941. En 1942, il passa à la clandestinité et entra dans la Résistance. En 1943, il parvint à rejoindre Londres en avion. L’année suivante, il fut président de la Commission des finances de l’Assemblée consultative d’Alger puis Président de l’Assemblée constituante en 1946, avant l’Assemblée nationale de décembre 1946 à janvier 1947, il est aussi connu à Revel, pour son Hymne local dédié à la population révéloise : “Rebel O Moun Païs”.

C’est à la fin de la guerre, en 1945, qu’il fut nommé ministre d’État par Le général Charles de Gaulle et devint en 1946 le président de la première, puis de la seconde Assemblée constituante, avant de devenir le tout premier président de la IVe République, fonction qu’il occupa jusqu’au 16 janvier 1954, fin de son septennat à l’issue duquel il ne se représenta pas.

Beaucoup connaissent  déjà, l’histoire tragique, de la perte de son œil gauche : Alors âgé de dix ans, manipulant un pistolet à amorces pour enfant, un mauvais usage provoquera un terrible accident qui lui fera perdre, son oeil gauche, ce qui l’obligera à porter le restant de ses jours un œil de verre. Si cette anecdote est bien connu, peu connaissent, la légende revéloise, dont se souvient Mr.Ducos, professeur d’Histoire-Géographie au Lycée Vincent Auriol :

Lors de sa venue en 1960 pour inaugurer le Lycée, on aurait fait en sorte de mettre, tous les drapeaux, du côté de l’œil valide. Ainsi, tous les drapeaux français auraient été placés et agités du côté droit, avant de poursuivre : Ce n’est qu’une rumeur, qu’il faudrait vérifier, mais ce qui est certain c’est que tout comme René Coty, s’était un président, aimé des Français. Y a une certaine fierté à exercer dans le Lycée de Vincent Auriol.img_2758

C’est à travers de telles actions, qu’on garde la mémoire de cet homme. Il ne faut pas oublier que même si la 4ème république fût courte, elle a été la base de notre constitution, c’est sous cette république, que l’Europe a été réhabilitée, rappelle le proviseur du Lycée Fabrice De Barros

C’est l’emblème de notre Ville

Le lycée Vincent-Auriol, accueillait une centaine d’élèves à son ouverture en 1913, aujourd’hui c’est une cité scolaire de 1 100 élèves. En 1960 l’ancien président, donnait son nom à cet ensemble scolaire, 50 ans après, les lycéens n’oublient pas. Au vu du vaste programme scolaire d’histoire, on pourrait penser que les jeunes ne savent pas grand-chose sur ce 1er président d’une république éphémère et d’un autre siècle, mais c’est avec surprise que l’on découvre, l’importance qu’ils accordent à l’homme qui a donné son nom à leur Lycée.

Le Get enivre Revel

L’histoire remonte à 1787, lorsque Revel voit l’arrivée dans sa ville, de François Pons, distillateur à l’origine de la liqueur Pippermint Get, aujourd’hui mondialement connue. Passé de mode durant quelques temps, elle fait désormais partie des fins de repas et des boissons à la mode dans les bars de nuits. Eh oui, le Get 27 a bien été crée en Occitanie et le président de la société d’histoire de Revel « Jean-Paul Calvet » s’en est souvenu !

L’histoire remonte à 1787, lorsque Revel voit l’arrivée dans sa ville, de François Pons, distillateur à l’origine de la liqueur Pippermint Get, aujourd’hui mondialement connue. Passé de mode durant quelques temps, elle fait désormais partie des fins de repas et des boissons à la mode dans les bars de nuits. Eh oui, le Get 27 a bien été crée en Occitanie et le président de la société d’histoire de Revel « Jean-Paul Calvet » s’en est souvenu !

Une longue histoire à lire sans modération.
Si la réputation de la Bastide, le Lycée de l’ameublement et le musée du meuble,  sont très réputés, la cité reveloise est aussi connue pour être un exemple en terme d’économie, avec des entreprises comme Nutrition & Santé, Crespi ou la très connue ferme du Lauragais. Ces réussites familiales ont toujours été présentes dans cette Bastide.

Il y avait longtemps que nous voulions retracer la vie de cette imminente famille Revéloise, explique le président de l’association Jean-Paul Calvet, avant de poursuivre, Ce projet est né d’une rencontre, en 2014, avec des représentants de la société Bacardi-Martini France, qui est aujourd’hui propriétaire de la marque. Idée très largement soufflée par Alain Châtillon, Sénateur-Maire, qui a très fortement soutenu ce projet.

La Direction de Bacardi souhaitait mettre en avant le Pippermint Get, Get fêtant ses 220 ans au printemps 2016. Racheté en 1969 par la Société Bacardi, personne n’a oublié le fantastique parcours de Jean Get, alors Maire de la ville et de son frère Pierre. Quel magnifique cadeau pour ses nombreux descendants, qui découvrent depuis la fin de l’année 2016, un fantastique ouvrage, très documenté en photos et témoignages.

Une quarantaine de membres de la Société d’Histoire, se sont retrouvés régulièrement depuis plus de deux ans, pour écrire l’histoire des frères Get, avec tous, l’envie au cœur de graver une partie de l’histoire de Peppermint dans ce livre.
L’idée était de partir sur un livre d’environ 50 pages, mais très rapidement le bouche à oreille à fait son travail et un véritable groupe de travail s’est créé. Une véritable confiance s’est installée avec d’anciens collaborateurs, ouvriers, descendants, apportant tous leurs témoignages, anecdotes, photos…etc.

«Npierre-calvet-presente-son-ouvrage-de-plus-de-500-pagesous avons vite réalisé que cet ouvrage aurait une importance capitale pour l’histoire de
Revel. Nous avons rapidement dépassé les 50 pages prévues. Aujourd’hui le livre documentaire atteint 500 pages. Je n’en suis que la cheville ouvrière, c’est grâce au travail de personnes comme Etienne Rossi, Bernard Velay, Marie Gabalde, Jean-Jacques Imart (Cf Photo ci-dessus) et tant d’autres, qui depuis deux ans se sont investi dans cette passionnante aventure, que nous avons pu réussir un tel exploit. C’est un travail collectif et tout le monde sera cité !»
 rappelle avec émotion Jean-Paul Calvet.

Une belle image pour la Bastide Revéloise, avec cet ouvrage qui ira certainement au-delà de la région. Il ne faut pas oublier que les frères Get ont été des précurseurs du Marketing, des avant-gardistes du packaging, quand on pense qu’à l’origine cette liqueur avait été créé pour les marins et ceux qui prenaient le bateau, afin de leur éviter le mal de mer, il y a de quoi avoir le tournis…


Quelques chiffres : 440 000

En 2014, le site internet de la Société d’Histoire «Lauragais Patrimoine» a reçu plus de 440 000 visites. Un trésor d’informations et de ressources historiques sur la région avec pas moins de 1 660 publications, offrant une mine de renseignements. En 2014 la Société d’Histoire a passé le cap de son quart de siècle. Elle a été fondée en 1989 lors des Commémorations du bicentenaire de la Révolution Française.

Caroline Lizée