NAISSANCE D’UNE BASTIDE PAR SYLVIE MALARY / Lauragais-Patrimoine

1342, NAISSANCE D’UNE BASTIDE EN LAURAGAIS par SYLVIE MALARY

Revel fut l’une des dernières bastides fondées au XIVe siècle dans le sud-ouest de la France. Construite à partir de 1342 dans une plaine bordée d’un côté par la Montagne Noire, et de l’autre par une série de coteaux constituant la cuesta dite de Saint Félix Lauragais, la bastide de Revel occupe une position charnière entre le Lauragais et le pays Castrais.

De fondation royale, cette bastide ne fut pas, semble-t-il, une création ex nihilo c’est-à-dire située sur un territoire qui était auparavant tout à fait inoccupé.

Les documents d’archives et les recherches archéologiques témoignent d’une présence humaine antérieure.

UNE OCCUPATION DU SOL TRES ANCIENNE. 

Les trouvailles archéologiques permettent de constater qu’il existait, dès l’époque antique, des centres de peuplements dispersés dans la plaine revéloise. Plusieurs traces de petits habitats, d’origine gallo-romaine, ont été mises à jour lors de différents travaux. Des morceaux de tegulae, des fragments de poteries romaines, furent découverts à l’emplacement de la future bastide. Non loin de là, en bordure de la route allant de Revel à Soréze, un tronçon de voie romaine fut trouvé au début des années 1970.

L’étude de cartes anciennes nous apprend qu’il existait au XVlllème siècle, tout près de ce morceau de voie, une métairie du nom de la Caussade, toponyme d’origine romaine signifiant « chaussée ». Les vestiges d’une nécropole barbare, découverte au XIXème siècle sur le site de Revel, permettent de conclure à une continuité dans l’occupation du sol de l’Antiquité au Haut Moyen âge. Les tombes, mises à jour, ont livré plusieurs objets témoignant d’un travail remarquable : plaques et boucles de ceinturon, agrafes de baudrier, etc. Toutes ces découvertes semblent confirmer que l’emplacement de Revel était habité dès le début de notre ère. Un examen trop rapide des sources peut conduire à une version erronée des origines de la bastide. La charte de fondation de Revel affirme que cette ville est née du déboisement de la forêt royale de Vauré :  » Au nom du seigneur roi, nous avons procédé à la fondation d’une bastide, à laquelle nous avons donné le nom de Revel, au nom du Roi, dans la forêt royale de Vauré … » (extrait de la charte de fondation de Revel). Or, nous pouvons affirmer, sans aucun doute, que le futur emplacement de Revel avait déjà été défriché par endroits puisque des témoins d’une occupation romaine, puis germanique nous sont parvenus.

En 1342, la nouvelle bastide fut édifiée dans une plaine où il existait des clairières défrichées et cultivées depuis l’époque antique.

La plaine de Revel au Haut Moyen âge L’article III de la charte de fondation mentionne : « Que les consuls de Reibel soient juges au nom de notre Sire le Roi, dans les causes criminelles, à Revel et aux lieux de Vauré, de Dreuilhe et de Vaudreuille et que les dits lieux soient unis au lieu de Revel, et qu’en tout ce qui est du ressort de notre Sire le Roi, ils ne fassent qu’un corps de communauté et qu’un consulat avec le lieu de Revel ». Qu’étaient ces villages avant leur rattachement à Revel ?

Une étude historique montre qu’ils existaient déjà avant la création de Revel. Tout atteste de leur ancienneté : la toponymie, la dédicace des églises, les témoins archéologiques, etc.Au début de XIllème siècle, Vauré était un village administré par un consulat. L’étude du plan cadastral napoléonien nous apprend que Vauré était un village fortifié et ceint de fossés. A l’intérieur de l’enceinte se dressait l’église entourée de son cimetière et de quelques habitations. La dédicace Saint Saturnin (1er évêque martyr de Toulouse IIIème siècle) de l’église atteste de son ancienneté(3).Dreuilhe présente aussi un plan typique des habitats du Haut Moyen âge.

Le village semble être, à l’époque féodale, un village de type ecclésial, fermé d’une ceinture de maisons entourant l’église Saint Saturnin. Cité pour la première fois dans un acte de notation de 1093, Dreuilhe était fortifié et entouré de fossés(4).Une autre église dédiée à un saint mérovingien permet d’attester l’ancienneté du village : c’est l’église Saint André de Couffinal aujourd’hui disparue.

Il semble que cet édifice marquait l’emplacement du village primitif de Couffinal.Situé près du lieu-dit le Fort, ce petit habitat était constitué d’une demeure seigneuriale et d’une église entourée de son cimetière. Le toponyme le Fort nous amène à déduire que le village Saint André de Couffinal devait être fortifié.

Quant à Vaudreuille, la seigneurie fut citée pour la première fois en 1189 dans un contrat de mariage.Le village primitif, appelé Saint Martin de Vaudreui

Source : NAISSANCE D’UNE BASTIDE PAR SYLVIE MALARY

Publicités

Le grand Concile cathare et bogomile de Saint-Félix-Lauragais fête ses 850 ans « La Voix du Midi Lauragais

Pour célébrer le 850 anniversaire de la tenue du grand Concile des Bogomiles et des Cathares à Saint-Félix-Lauragais, un colloque international se tiendra au village avec spectacles de danse, concert et expositions.

Source : Le grand Concile cathare et bogomile de Saint-Félix-Lauragais fête ses 850 ans « Article « La Voix du Midi Lauragais

Société d’ Histoire de Revel Saint-Ferréol : LES CAHIERS DE L’ HISTOIRE

La ville de Revel n’a été fondée qu’en 1342, c’est-à-dire relativement tard.

A ce jour nous disposons de peu de documents historiques relatifs à l’Antiquité et au Haut-Moyen-Age dans notre région.

Mais les travaux archéologiques de la Société d’Archéologie du Revélois et du Sorézois, de la Société d’ Histoire de Revel Saint-Ferréol ainsi que les études toponymiques nous permettent d’affirmer dès maintenant que la plaine et le site de Revel ont été habités dès le néolithique (la présence à l’époque préhistorique est attestée par plusieurs sites la plupart au paléolithique supérieur – 12 à 35 000 ans, d’autres plus rares en plaine dès le paléolithique ancien -500 000 ans environ).

Les Celtes sont apparus vers – 300 et ont occupé le pays jusqu’alors peuplé d’Aquitains, Ligures et Ibères. Les noms de Vauré (Vabero) et Dreuilhe (Druilla) sont les noms d’établissements gaulois.

En – 120 notre pays est colonisé par les Romains et fait partie de la Provincia  (puis Narbonnaise) avec Narbonne comme capitale.

Les Gaulois Volques et Ruthènes vont très vite se romaniser et s’adonner aux bienfaits d’une civilisation supérieure, la civilisation gallo-romaine qui durera près de dix siècles.

 La plaine de Revel se couvre alors de nombreux domaines ruraux, les villas, dont le plus grand pourrait être la villa ( ou le vicus ?) de Palatius, Palatii villa, origine du nom de Palleville.

A la chute de l’Empire romain le pays est occupé par les Barbares Wisigoths qui fondent Castellum novum de Anis Castelnaudary vers 420 et qui demeureront plus de trois siècles sur nos terres.  

Un moment submergée par l’invasion arabe la « Gothie » (l’actuel Languedoc) est définitivement conquise par la monarchie franque des carolingiens (740).

C’est au cours des très obscurs IXe et Xe siècles que s’implante la féodalité.

Le pays s’articule alors en un réseau de multiples seigneuries, vassales les unes des autres dont les plus importantes sont :

– l’abbaye de Soréze (fondée en 759 par Pépin le Bref)

– la seigneurie de Vaure

– la seigneurie de Dreuilhe et Vaudreuille, Les seigneurs de ces deux dernières étant les vassaux du vicomte d’Albi, Béziers, Carcassonne (dynastie de Trencavel), lui-même vassal du comte de Toulouse, pair de France.

Seule de ces trois seigneuries, celle de Vaudreuille se perpétuera jusqu’à la Révolution et donnera au Roi de France d’éminents serviteurs.

La maison de Vaure sera ruinée probablement au cours de la Croisade des Albigeois (1209-1244).  

Mais la ville de Vaure, émancipée et constituée en Consulat autonome lui survivra encore un siècle avant de venir se fondre dans la grande bastide royale de Revel.

Source : http://www.lauragaispatrimoine.fr/VILLES_ET_VILLAGES/BASTIDE%20DE%20REVEL/REVEL%20AVANT%20REVEL/revelengeneral1000.htm

Laurent F. Photographe gagnant du Concours photos du « Petit Revelois »

C’est Laurent Fauré, photographe professionnel, très reconnu pour son talent et dont certaines photos sont régulièrement publiées, comme sur le site du  » Musées et canal du Jardin du midi » , qui a remporté avec presque 20% des votes (sur 4 858 votants) ce premier concours photo de la rédaction.

Il y a quelques semaines, un concours de photos du Lac de Saint Férréol, en pleine vidange, était organisé, par notre rédaction (cf.Concours photos du Lac de Saint Férréol). Ce concours qui a mobilisé beaucoup de talents photographes de la région (plus de 25 participants), a suscité un engouement très important, chacun souhaitant voir gagner son artiste ou sa photo préférée. Car durant quelques semaines, le Lac de Saint Férréol offrait un paysage lunaire atypique et assez rare pour être mis en avant. Il s’agissait de la vidange décennale.

C’est Laurent Fauré, photographe professionnel, très reconnu pour son talent et dont certaines photos sont régulièrement publiées, comme sur le site du  » Musées et canal du Jardin du midi » , qui a remporté avec presque 20% des votes (sur 4 858 votants) ce premier concours photo de la rédaction.

Nous avons été à la rencontre de Laurent Fauré, grand gagnant du Concours de photo, afin d’en savoir un peu plus sur cette artiste local :

Laurent Fauré Auto-Portrait
Auto portrait de Laurent Fauré par Laurent F. Photographe

Je suis Laurent Fauré (plus connu sous le pseudo Laurent F. Photographies), j’ai 35 ans et je suis de la Commune de Blan. J’ai toujours aimé l’image depuis mon enfance et j’ai appris la photographie en autodidacte. L’élément qui m’a fait complètement plonger dans cette passion a été un voyage en Australie il y a 5 ans. Depuis, j’ai créé mon activité en tant qu’auto entrepreneur. L’activité photographique est un second métier pour moi, une autre partie de moi, car à la base, je suis technicien SAV sur des machines d’emballages.

LPR : Qu’est ce que vous aimez le plus dans la photo ?:

  • La nature et les animaux (que je fais peu car pas de matériel adéquat pour le moment mais j’aimerai m’y diriger plus).
  • Les beaux paysages.
  • Les échanges humains que je peux avoir lors de la réalisation de prestations mariages ou encore lors de sorties photos avec des passionnés comme moi.

LPR : Quels sont les services que vous proposez en terme de photographies :

  • Mariages, portraits (humains ou animaux de compagnie).
  • Packshoot (photos d’objets).
  • Impression de mes photos nature et paysages.
Laurent Fauré paysage
chapelle de la capellette à Dourgnes / @creditphoto Laurent F
Moulin de Blan Laurent Fauré
vue sur le moulin de Blan au soleil couchant / @creditphoto Laurent F.

LPR : Pourriez-vous nous raconter un souvenir, une anecdote lié à votre activité de photographe ?

J’ai le souvenir d’un voyage de deux heures, où j’avais préparer une photo de paysage en repérant les lieux sur internet.. après donc plus de deux heures de route, je découvre sur place un magnifique lever de soleil, comme je me l’imaginais..mais là, je me rend compte qu’il n’y a pas de carte mémoire ni dans l’appareil, ni dans mon sac….

LPR : Comment vous joindre ?

Mon lien vers ma page Facebook pour me contacter : Laurent-F-Photographies

 

exposition au Musée du Canal du Midi : «La Vidange» du Lac de St Ferréol

Un travail de mémoire

EXPOSITION « LA VIDANGE » au Musée du Canal du Midi à St Ferréol

A l’occasion du remplissage du lac de Saint Férréol, une exposition de photos « noir et blanc », de l’artiste Marielle Marty, a été mise en avant. Ainsi les amoureux de la photographie, du lac et Continuer à lire … « exposition au Musée du Canal du Midi : «La Vidange» du Lac de St Ferréol »

Visite du Lac de Saint Férréol vidangé

Visite du Lac de Saint Férréol vidangé

Le musée et jardins du Canal du Midi propose pour la seconde fois, des visites explicatives du barrage et de la vidange. Comme au mois de novembre, cette visite démarre au musée, puis sur la digue et les abords du bassin.

Lors de cette visite, les différents éléments du site sont expliqués. Il n’est pas possible de rentrer à l’intérieur du barrage, cependant, plusieurs photos et documents rare et très intéressants, seront exposés, aux visiteurs afin de compléter les informations.

img_4287La visite est programmée les samedis 4, 11 et 18 février ainsi que les mardis 7 et 14 mars à 14 h 30 et.

Le tarif est de 5 € par personne.

 

 

Imagine ton centre-ville : Réunion publique à Revel

Réunion Publique

La concertation continue dans le cadre du projet de requalification du centre-ville de Revel. Après plusieurs études sur le terrain et quelques réunions publiques, les besoins se recentrent et les idées également.

C’est dans l’optique, de donner la parole aux habitants de Revel, que la commune organise une réunion publique le LUNDI 06 FÉVRIER 2017 à 18h30, à la Salle Claude Nougaro où tous les citoyens sont cordialement invité à participer.

imaginez-votre-centre-ville